Site créé avec :
jefaismonsite création de sites web

exercices de philosophie

par Maryse Emel


Kant Idée d'une histoire Universelle du point de vue cosmopolitique


Lire une oeuvre

 

 

projet : étude de "Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique" de Kant et faire rédiger un book à partir des exemples de l'oeuvre

 

 

Les lois de la nature

 

Les lois de la nature expliquent les actions humaines

 

 
  • Quel que soit le concept de la liberté du vouloir (der Freiheit des Willes) que l'homme puisse élaborer dans une intention métaphysique (in metaphysischer Absicht), les manifestations de ce vouloir, telles qu'elles nous apparaissent (die Erscheinungen desselben), les actions humaines, sont déterminées conformément aux lois universelles de la nature (nach allgemeinen Naturgesetzen bestimmt), aussi bien que n'importe quel autre événement de la nature. L'histoire, qui a pour tâche de relater ces faits tels qu'ils nous apparaissent (dieser Erscheinungen : ces phénomènes), à quelque profondeur que puissent être cachées les causes (Ursachen), laisse cependant espérer, quand on considère en gros le jeu de la liberté du vouloir humain (das Spiel der Freiheit des menschlichen Willens), que l'on puisse y découvrir un fonctionnement régulier, et cela de telle façon que ce qui saute aux yeux comme embrouillé (verwickelt) et sans règle (regellos) chez les sujets individuels pourra cependant être reconnu, au niveau de l'espèce entière (an der ganzen Gattung), comme un déploiement continu, progressif, quoique lent (als eine stetig fortgehende, obgleich langsame Entwickelung), des dispositions originelles (der ursprünglichen Anlagen) de cette espèce.

Question : que permet le recours à l'allemand?

 

 

Les lois naturelles

 

  • à partir du texte expliquer ce qu'est une loi. En quoi ici, cadre-t-elle la volonté de l'individu?
  • échappe-t-on à la loi?
  • l'instinct est-il par exemple une loi de la nature?
 
 

 

Les actions humaines

 

Les actions humaines et la volonté sont déterminées par des lois naturelles. Ainsi l'homme se croit libre dans ses choix mais ce n'est qu'illusion.

Chercher des exemples dans l'histoire qui donnent raison à cette affirmation.

 
  • Il y a la liberté du vouloir qui relève de la métaphysique et il y en a la manifestation. Chercher le sens du mot "manifestation".||
     
  • Kant écrit plus loin (Première Proposition) :
     
    Toutes les dispositions naturelles (alle Naturanlagen) d'une créature sont destinées à se développer (auszuwikeln) un jour complètement et en raison d'une fin (zweckmäßig). C'est vérifiable chez tous les animaux, non seulement par l'observation externe, mais aussi par l'observation interne, par la dissection. Un organe, dont la destination n'est pas d'être utilisé (das nicht gebraucht werden soll), une structure (eine Anordnung) qui n'atteint pas son but (ihren Zweck) est incompatible avec une étude téléologique de la nature. Car, si nous nous écartons de ce principe (Grundsatze), nous n'avons plus une nature conforme à des fins ( eine gesetzmäßige), mais un jeu de la nature sans finalité (sondern eine zwecklos spielende Natur), et le hasard désolant détrône (tritt an die Stelle) le fil directeur de la raison (des Leiftfadens der Vernunft)
     
    • Pourquoi refuse-il le hasard?
    • Pourquoi évoque-t-il la dissection? Qu'est-ce que cela nous apprend sur la méthode mise en oeuvre?
 

 

Qu'est-ce que l'histoire?

 

 

L'histoire relate des faits

 

  • Ainsi, les mariages, les naissances qui en résultent, les décès, parce que la libre volonté (der freie Wille) des hommes a une grande influence sur eux, semblent n'être soumis à aucune règle, d'après laquelle on pourrait déterminer d'avance leur nombre par le calcul; et pourtant, les tables que l'on dresse chaque année dans les grands pays prouvent qu'ils se produisent tout aussi bien selon des lois naturelles constantes (nach beständigen Naturgesetzen) que les phénomènes météorologiques [pourtant] si instables, que l'on ne peut déterminer à l'avance individuellement, mais qui, dans l'ensemble (im Ganzen), ne manquent pas de maintenir la croissance des végétaux, le cours des fleuves, et de tout ce qui a été institué d'autre dans la nature (und andere Naturanstalten) selon un mouvement (in ...Gange) uniforme et ininterrompu. Les individus (Einzelne Menschen), et même des peuples entiers, ne pensent (denken) guère que, pendant qu'ils poursuivent leurs intentions privées (ihre eigene Absicht), chacun selon ses goûts, et souvent contre les autres individus, ils suivent comme un fil directeur (als en einem Leitfaden), sans s'en apercevoir (unbemerkt : inaperçu), l'intention de la nature (Naturabsicht), qui leur est inconnue, et qui, même s'ils en avaient connaissance (selbst wenn sie ihnen bekannt würde), leur importerait cependant peu. Vu que les hommes, dans leurs entreprises, ne se comportent pas seulement de manière instinctive, et qu'ils n'agissent pas non plus, dans l'ensemble (im Ganzen) comme des citoyens du monde raisonnables (wie vernünftige Weltbürger) selon un plan concerté, vu cela donc, il ne paraît pas qu'une histoire conforme à un plan ( comme c'est le cas chez les abeilles et les castors) soit possible pour eux. On ne peut se défendre d'une certaine irritation (Unvillens) quand on voit leurs faits et gestes exposés sur la grande scène du monde, et qu'à côté de la sagesse (Weisheit) qui apparaît de temps à autres chez des hommes isolés, dans l'ensemble, on ne trouve finalement qu'un tissu de folie (Thorheit), de vanité infantile (kindischer Eitelkeit), et souvent aussi de méchanceté (Bosheit) et de soif de destruction (Zertörungssucht) puériles. Si bien qu'à la fin, on ne sait plus quel concept (Begriff) on doit se faire de notre espèce si infatuée (so eingebildeten Gattung) de ses attributs supérieurs . Le philosophe n'en sait pas plus, sinon que, comme il ne peut présumer un dessein raisonnable propre (vernünftige eigene Absicht) aux hommes et à la partie [qu'ils mènent], il a la possibilité d'essayer de découvrir (entdecken) un dessein de la nature (eine Naturabsicht) dans le cours insensé (widersinnigen) des choses humaines; de telle façon que, de ces créatures qui agissent sans plan propre [ment humain], soit pourtant possible une histoire (Geschichte) selon un plan déterminé de la nature (nach einem bestimmten Plane der Natur). Nous voulons voir si nous réussirons à trouver un fil directeur pour une telle histoire, et nous laissons à la nature le soin de faire naître l'homme apte à la rédiger ensuite. C'est ainsi qu'elle fit naître un Kepler, qui assujettit d'une manière inespérée les trajectoires excentriques des planètes à des lois déterminées, et un Newton, qui expliqua ces lois à partir d'une cause universelle de la nature.
     
  • Quels sont les exemples dans ce passage?
  • En expliquer la signification.